Prix des Chroniqueurs 2019

claude_lancien Actualité TPS, Actualités , ,

Cette année ils reviennent pour la seconde édition du Prix des Chroniqueurs de Toulouse Polars du Sud :

 

En 2019, pas de finalistes mais 6 romans de jeunes auteurs francophones en sélection :

Tuer Jupiter de François Médéline à La Manufacture de Livres

Mise en exergue des égos démesurés infantiles, Tuer Jupiter devient effectivement la rare, voire la seule fiction politique de cette rentrée littéraire où l’audace et la pertinence d’une intrigue fulgurante remplit pleinement toutes ses promesses en livrant aux lecteurs une vision à la fois piquante et intelligente des arcanes du pouvoir.

Cédric Ségapelli

 

Les Mafieuses de Pascale Dietrich chez Liana Levi

Ce qui réjouit le lecteur, c’est la façon dont Pascale Dietrich féminise le roman de mafia, grand classique du polar. Loin de la mythologie. Les mafieux sont de gros cons méchants, jaloux de leurs femmes et de leur pouvoir, avec pour seul but, gagner toujours plus de pognon. Leurs femmes sont plus malines (bien obligées, elles n’ont pas le pouvoir), mais tout aussi dénuées de scrupules et de toute solidarité féminine. Et que la couverture ne vous trompe pas, ce ne sont pas des bimbos tueuses sans pitié, c’est avec l’argent et la tête qu’elles règlent leurs compte (pas de Vanilla Ride ici).

Jean-Marc Laherrère

 

Trois fois la fin du monde de Sophie Divry chez Noir sur Blanc (collection Notabilia)

Une nouvelle version de « Seul au Monde » mais sans espoir de salut, un retour à la nature et à nos besoins fondamentaux, un texte qui peut parfois déranger un peu si on l’interprète mal, ce dernier monde de Jo est celui qui manque peut-être le plus de cohérence mais qu’importe, on partage la solitude et la souffrance de Jo. Et qui sait ce qu’il adviendra de nous quand cela se produira ?

Laurence Darbas

 

Pension complète de Jacky Schwartzmann au Seuil (collection Cadre Noir)

Ça égratigne, ça amplifie les défauts des uns et des autres pour mieux les tourner en dérision, mais il y a derrière une vraie tendresse à l’égard des personnages. C’est dire que l’on ne se fait pas prier pour se laisser embringuer à la suite de ces personnages étonnants et regarder les malheurs qui s’abattent sur eux sans pour autant que le roman verse dans le cynisme, ce qui fait parfois aussi du bien. Autant dire que, une fois encore, on prend un véritable plaisir à lire Jacky Schwartzmann.

Yan Lespoux

 

 

Requiem pour une république de Thomas Cantaloube chez Gallimard (Série Noire)

C’est un grand polar historique dans lequel la trame policière est aussi passionnante que le fond politique. Quand on sait qu’il s’agit d’un premier roman, on est tout simplement bluffé par cette plume déjà précise, moi je dis bravo et respect Monsieur Cantaloube.

Laurence Darbas

 

Grise Fiord de Gilles Stassard aux Editions du Rouergue (Noir)

L’entretien de Caroline De Benedetti sur Fondu au Noir :  

   http://fonduaunoir.fr/entretien-gilles-stassart-grise-fiord/

 

Rendez-vous le 12 Octobre 2019 lors de l’inauguration de la 11ème  édition du festival
pour connaître le nom du lauréat 2019.

 

 

**********************************

 

 

 

 

 

Lire aussi..

Prix Violeta Negra 2019

  Créé en 2011 par l’association Toulouse Polars du Sud, le prix littéraire Violeta Negra a pour vocation de mettre […]

Rencontre avec Valerio Varesi à la librairie Ombres Blanches

 Copyright photo : Christelle Soria En partenariat avec Toulouse Polars du Sud, La librairie Ombres Blanches reçoit Valerio Varesi le mercredi […]

Rencontre avec Hervé Le Corre à la librairie Ombres Blanches

Copyright photo : Christelle Soria La librairie Ombres Blanches reçoit Hervé Le Corre le vendredi 22 mars à 18 heures pour […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *